Suburra (Stefano Sollima, 2015).

mardi 19 janvier 2016



Stefano Sollima (voir l'article sur A.C.A.B. (All Cops Are Bastards) dans l'Indic n°13) quitte un peu le petit écran (Romanzo Criminale, Gomorra...) et signe son deuxième long métrage : SUBURRA, une rencontre improbable entre Drive et A most violent year

Même si le film appuie moins sur le champignon que Drive esthétiquement parlant et qu'il n'a pas l'ampleur métaphorique de A most violent year, ce deuxième long métrage assoit un grand nombre de personnages différents (un peu comme dans une série) le temps d'un film de deux heures. Comme dans A.C.A.B. quelques scènes particulièrement prenantes font mouche et donnent un ton au film. Stefano Sollima arrive à ne pas tomber dans le grand final tape à l'oeil que l'on aurait pu craindre et qui est souvent l'apanage de ce genre de scénario. Avec Romanzo Criminale (Michele Placido), Gomorra (Mateo Garrone), Arrivederci Amore, ciao (Michele Soavi), Une vie tranquille (Claudio Cuppelini) et Les âmes noires (Francesco Munzi) voilà un nouveau film pour le polar italien des années 2000.

Emeric Cloche.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

 
◄Design by Pocket